Cavelier de La Salle a contribué à la découverte de la Louisiane.

Biographie rapide.

René-Robert Cavelier de La Salle, est né le 21 Novembre 1643 a Rouen. Donc à peu près contemporain de Louis XIV. Explorateur-voyageur, il parcourt la région des Grands Lacs des États-Unis et du Canada actuels, puis le fleuve Mississippi. Et ainsi il découvre les territoires situés entre la vallée du Saint-Laurent et le delta du Mississippi, qui se trouve dans l ‘actuelle Louisiane.

René-Robert Cavelier est le fils de Jean Cavelier, riche commerçant, et de Catherine Geest. Le nom de « de La Salle », qu’il portera provient d’une propriété familiale dans les environs de Rouen. Après des études au collège des jésuites de Rouen, il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus. Il y formule ses vœux en 1660.

Mais, au bout de cinq ans, mal dans sa peau, il invoque ses « infirmités morales ». Et il demande donc d’être relevé de ses vœux. Il souhaite partir en mission.

Il rêve de découvrir la Chine, mais arrive en Amérique!

Sans métier ni fortune, Cavelier de La Salle arrive en Nouvelle-France en 1667. Sitôt arrivé, le jeune homme obtient une terre située dans l’ouest de l’île de Montréal. La Salle reste obsédé par la recherche du passage vers la Chine. Par dérision, cette seigneurie sera surnommée « La Chine ».

Cavelier de la Salle : la fièvre de l’exploration.

Au mois de juillet 1669, La Salle est prêt à rechercher la mer Vermeille (océan Pacifique) qu’il espère atteindre par la rivière Ohio.

Dans son enthousiasme, celui qui ne veut « laisser à aucun autre l’honneur de trouver le chemin de la mer du Sud et par elle celui de la Chine », a vendu sa terre à ceux qui la lui avaient donnée. Et donc il finance une petite expédition qui explore les lacs Ontario et Érié. Son groupe se compose de neuf canots. En 1670, La Salle se fond dans la nature. Puis il réapparait dans la colonie à la fin de l’été 1670. Il prétend avoir, découvert le Mississippi et devancé Jolliet et Marquette

Émissaire et protégé de Frontenac

En 1673, le nouveau gouverneur Louis de Buade de Frontenac, souhaite assurer l’expansion de la colonie. ¨Pour celà, il charge La Salle de fonder un fort pour protéger la future route commerciale. Et donc en 1674, il établit le fort Cataracoui. Un peu plus tard, le 7 août 1679, La Salle appareille sur Le Griffon. Il devient le premier Européen à naviguer sur les Grands Lacs. Puis, le 1er novembre 1679, La Salle fonde un fort à l’embouchure du Saint-Joseph, aujourd’hui fleuve Michigan.

Enfin, le 20 novembre, et le 3 décembre l’équipage entier remonte le Saint-Joseph. Et finalement il atteint un port sur la rivière Kankakee. Ils établissent, à partir du 15 janvier 1680, le fort Crèvecœur.

Cavelier de la Salle explore le Mississippi

En décembre 1681, en poursuivant son expédition, La Salle rassemble son équipage pour une nouvelle expédition. Laissant, en janvier 1682, le fort Crèvecœur avec vingt-trois Français et dix-huit Amérindiens. Il atteint le confluent du Mississippi le 6 février 1682.

Le 6 avril, l’expédition est en vue du golfe du Mexique. Le 9 avril, il prend possession de ces vastes territoires au nom de la France et leur donne le nom de Louisiane en l’honneur du roi Louis XIV. France-Louisiane lui en est donc reconnaissant !

Sur son voyage de retour, il établit à la Roche affamée, le fort Saint-Louis en remplacement du fort Crévecoeur.

Retour en France

La Salle retourne en France afin de réunir des moyens pour une nouvelle expédition. Son but installer un comptoir en Louisiane, à l’ embouchure du Rio Grande pour faciliter la conquête du Mexique. La Salle va donc vendre au roi son projet d’établissement en Louisiane. Il en présente son projet d’établissement comme la meilleure base pour l’invasion des colonies espagnoles.

Il ira même jusqu’à falsifier la géographie du Mississippi et à présenter à la cour un projet mensonger. Louis XIV lui apporte finalement son soutien en avril 1684.

Son dernier voyage , Cavelier de La Salle part de La Rochelle en 1684

La Salle quitte le port de La Rochelle le 24 juillet 1684 avec le titre de gouverneur de la Louisiane. L ‘expédition comprend quatre bateaux et près de 300 personnes. On y trouve des soldats, des artisans, six missionnaires, huit commerçants, mais aussi plus d’une douzaine de femmes et d’enfants. Mais l’expédition se trouve malmenée par des attaques de pirates. De plus elle accumule des erreurs de navigation.

Le Saint François tombe aux mains de corsaires espagnols aux Indes occidentales, au large d’Hispaniola. Le 25 novembre ils quittent le petit port du Petit Goave. Après plusieurs jours de navigation, ils accostent sur la cote du golfe du Mexique. Mais La Salle ne reconnait l’endroit. En fait, l’ explorateur, qui était à l’ouest de l’embouchure du Mississippi, croit qu’il a dérivé vers l’est.

Expédition de Robert Cavelier de La Salle à la Louisiane en 1684, peint en 1844 par Théodore Gudin. La Belle est sur la gauche, Le Joly au centre et L’Aimable est échoué à droite.

Toujours plus à l’ouest

Mettant le cap à l’ouest, longeant la côte, la flottille arrive près de la baie de Matagorda au Texas. La Salle décide d’y faire relâche. Lors de la manœuvre pour entrer dans cette baie L’ Aimable s’échoue sur un banc de sable, et coule. La quasi-totalité de sa cargaison est perdue.

Le commandant Tanguy Le Gallois de Beaujeu, capitaine de la marine royale commandant le Joly, décide de rentrer en France. Il fait débarquer le chargement du Joly et retourne en Europe en mars 1685. Il ne reste qu’un navire, La Belle, et 180 personnes sur les 300 embarqués à La Rochelle . Pour survivre, les membres restants sont contraints d’établir  le fort Saint-Louis, près de Victoria au Texas.

De là, La Salle mène avec opiniâtreté des recherches vers l’est pour essayer de retrouver le Mississippi. Malheureusement pour lui, il est à plus de 600 km du fleuve. En février 1686, son dernier navire, La Belle, s’échoue dans la baie de Matagorda, en raison de l’ivresse du pilote. Après deux années longues et difficiles, la colonie passe de 180 âmes réduite à 40 personnes dont 7 enfants,

L’assassinat de Cavelier de La Salle

La Salle décide alors de tenter le destin. Il quitte donc son campement en direction des Illinois. Il est accompagné de 16 hommes, mais ceux-ci se mutinent et La Salle est assassiné le 19 mars 1687, près de Navasota.

L’assassinat de Cavelier de la Salle par Louis Bombled — Eugène Guénin, La Nouvelle-France, Paris : Hachette, 1900, 415 p. , orné de 100 gravures & 5 cartes

Les derniers membres de la colonie survivent jusqu’en 1688. Les Amérindiens de Karankawa massacrent les 20 adultes restants et prennent cinq enfants comme captifs.

Le récit principal du déroulement de cette expédition provient du journal de bord d’Henri Joutel.

Que reste-il de Cavelier De La Salle.

Les restes de l’épave de La Belle, du matériel à bord qui ont été remontés. Ils sont présentés sur différents sites au Texas.

La propriété de la France des restes de La Belle a dû en effet être réaffirmée par un accord entre les États-Unis d’Amérique et la France, signé à Washington le 31 mars 2003.

Bibliographie : Céline Dupré, « CAVELIER DE LA SALLE, RENÉ-ROBERT », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 1966.

Assassinat de Cavelier de La Salle Illustration tirée de l’Histoire de la Nouvelle France d’Eugène Guénin

Cavelier de La Salle et la Louisiane
Étiqueté avec :