généalogie

La Louisiane nous est chère, pour de multiples raisons. Dans mon cas, j’ ai pu avancer depuis une vingtaine d’ années, et finir par retrouver la majorité de mes ancêtres et certains cousins de Louisiane. Il faut dire que la Louisiane, comme les Etats Unis, ont une richesse  d’ archives supérieure à de nombreux pays, ce qui facilite les recherches. sans doûte grâce aux Mormons. Je n ‘ai évidemment pas eu cette chance avec mes ancêtres de la Russie tsariste. Cet article ne s’ adresse pas à des professionnels, mais a pour objectif de transmettre le virus de la généalogie aux adhérents et amis de la Louisiane.

Quels logiciels de généalogie utiliser ?

On utilisera obligatoirement l ‘un des logiciels compatibles avec le format gedcom; il permet en effet de transmettre ses fichiers entre amis cousins, dès que leurs logiciels sont compatibles avec GEDCOM.

Parmi les logiciels, on trouvera HEREDIS, GENEATIQUE, ….  Mais mon objet n ‘est pas de recommander l ‘un d ‘entre eux.

Ils sont en général gratuits jusqu ‘à  environ 500 ou 1000 personnes, mais payants au delà; la licence n ‘est pas très chère (environ de 20 à 50€ par an). Il peut donc être utile de se donner une limite familiale, et se limiter, dans notre cas par exemple, aux « ancêtres de Louisiane ».

un exemple du didacticiel de « Geneatique »

On trouve normalement des petits livrets explicatifs sous format  pdf, à charger, mais souvent des didacticiels (ou tutoriels) sous Youtube ;ils sont en général très performants.

Comment s’ organiser ?

Les généalogistes amateurs travaillent de façon organisée pour ne pas se laisser déborder. Avec des classeurs et des feuilles à trous; soit une fiche par individu, soit une fiche pour un groupe père-mère et enfants directs. Il est capital de noter soigneusement les sources, sinon on se laisse vite déborder par de informations erronées ou douteuses. Il est en effet fréquent que des arbres généalogiques différents indiquent des dates de naissance différentes, et parfois un nombre différent d’ enfants. Autre souci fréquemment rencontré en Louisiane, les descendants de la même famille portent souvent le même prénom en premier, suivi d’autres prénoms; c’ est donc le 2 ème ou 3 ème prénom qui les départage (par exemple dans la famille de Norbert Rillieux, plusieurs générations et cousins portent en premier prénom :Vincent).

On n’oubliera pas de réaliser des copies de sécurité à la fin de chaque séance, et éventuellement garder une copie du fichier sur une clé USB.

Faire des copies d’ écran

Il est souvent intéressant de faire des « copies d’ écran » avec recopie automatique vers un serveur de données;  j ‘utilise DROPBOX , par exemple, pour sécuriser sur un site extérieur toutes mes copies d’ écran. La copie d’ écran a pour avantage de conserver l ‘adresse HTML, bien pratique pour re-consulter après plusieurs années une source.

Les principales sources de généalogie en France

En France, les sites de généalogie sont notamment

GENEANET.

La version gratuite permet d ‘accéder à de nombreuse informations au niveau mondial, mais avec peu d’ outils de recherche: par exemple, on pe peut pas chercher une personne en filtrant avec le nom et prénom du conjoint. Et on ne peut pas consulter les documents annexes aux arbres.

La version payante est bien plus intéressante: pas très chère.

FILAE

Filae apporte beaucoup d’ informations sur sa version payante, mais on n’a quasiment rien dans sa version gratuite.

Les sites spécialisés de généalogie au niveau mondial

Ici aussi, on peut avoir quelques bonnes surprises dans les versions gratuites; mais seules les versions payantes apporteront de très bonnes surprises. J ‘ai par exemple pu récupérer par eux les testaments de presque tous mes ancêtres de Louisiane, déposés chez des notaires de la Nouvelle Orléans.

Ces sites sont les suivants:

  • Ancestry
  • My  Heritage
  • Geni

et quelques autres. Les versions payantes permettent de consulter davantage de documents. Dans mon cas, les testaments d’ une fratrie née entre 1795 et 1810, et qui en disent long sur les jalousies entre frères et soeurs. Mais aussi des événements intéressants, comme l ‘émancipation des esclaves dont certains avaient hérité de leur mère, elle même fille d ‘esclave.

Le cas particulier des recherches de personnes françaises en Louisiane

Je vois au moins 2 spécificités propres à la Louisiane

-le cas des personnes de couleur . Les free people of color ont bénéficié d ‘ un statut de liberté , et ont donc vécu hors mariage dans une société assez libre, de 1780 à 1830 environ.  L ‘Eglise reconnaissait ces naissances, les notaires aussi, quand ils écrivaient les dernières volontés.

C ‘est ainsi que j ‘ai eu la confirmation d’ enfants d’ un autre mariage en comparant les enfants déclarés par la femme (8) et par le mari (7):  l ‘enfant qui manquait était bien la fille d ‘un autre (un notaire) que j ‘ai retrouvé, et d’ailleurs elle seule  portait le nom du notaire !

-les implexes : les gens de couleur , du fait de leur rejet par les vrais blancs, se sont souvent mariés avec des cousins de couleur, lointains , créant de fait des solutions d’ implexes : les nouveaux mariés ont souvent des ancêtres communs .

Quelques tuyaux complémentaires

arbres publics et arbres privés

Sur les sites de généalogie, certains arbres sont publics et d’ autres privés. Une fois que l ‘on peut justifier de sa recherche, il est alors possible de consulter les « propriétaires » des arbres privés. En étant courtois et humble, ils répondent très souvent de façon positive. J ‘ai eu un échec, mais il est vrai qu ‘il s’ agissait le la filiation illégitime (mais prouvée par un acte de baptême)  d ‘un notaire de Louisiane , et ses descendants n ‘avaient probablement pas envie de répondre, même 200 ans après ! De même quand il y a des séparations entre  « la branche de couleur » et « la branche blanche » !

Inversement, j ‘ai pu retrouver de lointains cousins, et , dans certains cas, leur transmettre la photo  d’un ou deux ancêtres communs. Et, dans une autre branche établie en Californie, retrouver des cousins au patronyme français, perdus de vue par la famille depuis 1905 à San Francisco.

prénoms espagnols

Bernard Soulié, homme d’ affaires , et l’ un des 8 enfants de la « fameuse » quarteronne.

Pour des personnes ayant été baptisées entre 1768 et 1803 approx, il faut parfois chercher avec le prénom espagnol , et non le français. Par exemple, j ‘ai retrouvé l ‘acte de baptême(juste avant 1800) de mon ancêtre comme »Norberto » et non « Norbert » à la cathédrale Saint-Louis.

Et Bernard Coudert vient de me retrouver l ‘acte de baptême de la petite soeur de Bernard, Marie Céleste Soulié, dont la marraine était Céleste de Marigny, ancêtre de sa famille….. La famille avait évidemment choisi le prénom de la marraine; mais comment ces deux familles se connaissaient -elles ?

Dupont-Durand

Il faut éviter des recherches avec des noms de famille trop répandus, et avec la mention NEW oRLEANS, ce qui donne 50 à 90% de résultats hors généalogie. On essaiera alors de préciser la recherche avec une date (1810) ou un événement (census 1810) pour arriver . Ou bien ajouter un prénom si il est peu courant.

Les enfants ne portent pas systématiquement le nom du père; parfois de la mère, parfois d’ un autre ancêtre ; le patronyme semble souvent être déclaratif avant 1820 ou 1840 , et non prouvé par un document officiel d’ identité. par exemple, dans les testaments de mes ancêtres, le déclarant déclare son état civil, qu ‘il fait confirmer par deux témoins de sa connaissance; souvent il/elle ne sait pas lire, et les témoins confirment après lecture que les informations sont correctes.

Pour ces raisons, il peut être intéressant de noter les noms et prénoms des arbres consultés; certains permettront de rebondir via des personnages inconnus dans notre propre arbre. J ‘ai mis 10 ans à identifier une personne au patronyme inconnu, mais qui était la clé d’un procès familial.

Aider les moteurs de recherche

ajouter à un patronyme la mention « last will » ou « marriage » permet en général de filtrer vers ce que l ‘on cherche.

ajouter à la recherche « parish…. » ou « paroisse… » avec le nom de la paroisse augmente aussi les chances. 

Pas d ‘état-civil, mais état déclaratif

Il semble que les documents d’ identité officiels n ‘aient été mis en place que assez tard, peut être vers 1850, et les ancêtres voyageaient probablement avec des imprimés « laissez-passer » . Mon ancêtre direct, Bernard Soulié (voir photo) faisait des voyages entre Louisiane, Cuba, Mexique et Europe tous les 2 ou 3 ans, mais n ‘a obtenu un passeport des ETATS UNIS qu’ en 1855, et à NEW YORK . Heureuse époque, sans ordinateur ni fichier, où il pouvait oublier de déclarer qu ‘il était « free man of color ».

Bien analyser les dates les noms de lieux, et les comparer à la « grande histoire » et la géographie

On ne comprend  certaines décisions  que par la grande histoire. Dans mon cas, c’ est le cousin Joaquim Courcelle qui se suicide en se noyant dans le canal quand l’ AMIRAL Farragut entre dans New ORLEANS.

Ou bien la cousine qui meurt d ‘une épidémie à Alger ??? : c’est le village en face de New Orleans de l ‘autre côté du Mississipi.

Rechercher des pierres tombales

Voir le site « find a grave ». J ‘y ai retrouvé des cousins « Courcelle ».

J ‘espère que ces premières astuces vous auront donné envie de commencer, ou continuer dans votre recherche.  N’ hésitez pas à commenter ou me contacter.

Une prochaine fois, je pense vous emmener découvrir plusieurs architectes et bâtisseurs de la Nouvelle Orléans au début du XIX siècle, les Fortier, Dolliole, Lesseps, Latrobe et Soulié. et peut être démontrer comment leur savoir faire a été importé de Saint-Domingue.

QUELQUES LIENS QUE J ‘AI DANS MES FAVORIS.

Les favoris ci-dessous vous donneront peut-être envie de chercher vos ancêtres.

http://nutrias.org/~nopl/inv/jpmarrindex/che_cla.htm

https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn82015753/1866-05-31/ed-1/seq-4/

https://immigrantships.net/v8/indexv8.html

https://archive.org/stream/generalindexofal00bertiala/generalindexofal00bertiala_djvu.txt

https://fr.findagrave.com/memorial/83312283/joachim-courcelle

French Creoles | Common Names

Document # 1787-05-25-01 – Louisiana Colonial Documents Digitization Project

RootsWeb’s WorldConnect Project: Packwood and related families of the West Indies, Connecticut and Louisiana

www.lafayettecemetery1.com/aldeath.htm

La sentinelle de Thibodaux. [volume] (Thibodaux, La.) 1861-1866, May 05, 1866, French, Image 2 « Chronicling America « Library of Congress

Quelques trucs pour retrouver ses ancêtres de Louisiane.
Étiqueté avec :