Ruby Bridges

L’agence culturelle d’Etat LEH (Louisiana Endowment for the Humanities) vient de mettre à l’honneur cette femme de 68 ans, laquelle, âgée de 6 ans, pionnière des droits civiques,  défia la ségrégation en 1960 à la Nouvelle-Orléans. Une étonnante histoire qui mérite d’être contée.

Cause célèbre du mouvement des droits civiques, Ruby avait 6 ans en 1960 lorsque fut prise la décision de faire cesser la ségrégation raciale dans les écoles publiques de la Nouvelle-Orléans. Ses parents l’inscrivirent en CP (First Grade) à William Frantz, l’école élémentaire de son quartier jusque- là fréquentée uniquement par des Blancs.

Dès le premier jour de classe, sachant que des manifestations étaient annoncées contre la présence d’une enfant noire à l’école, des agents fédéraux du FBI furent détachés pour accompagner la petite fille sur le chemin de l’école et la raccompagner chez elle. Devant l’établissement scolaire, chaque matin, une foule haineuse se rassemblait, vociférant des injures raciales  et allant même à lancer des oeufs et des tomates (une scène racontée par le prix Nobel de littérature John Steinbeck -qui en fut le témoin- dans son  ouvrage ultime Voyage avec Charley).

A l’intérieur, Ruby était la seule élève, tous les autres ayant été retirés par leurs parents. Encouragée par sa maman et par Barbara Henry, son institutrice blanche, Ruby n’a jamais pleuré, jamais flanché, jamais demandé à ce que l’on mette fin à son cauchemar quotidien qui devait durer toute l’année scolaire. En dépit des menaces contre sa famille et l’éviction de ses grands-parents de la ferme où ils étaient métayers, dans le Mississippi, Ruby retourna l’année suivante à William Frantz au CE 1 (Second Grade), cette fois avec d’autres élèves. Elle avait gagné  : neuf enfants noirs purent s’inscrire au CP de son école.

Devenue adulte (et restée proche de son institutrice qui vit toujours), Ruby s’ est investie dans la lutte pour les droits civiques, a écrit plusieurs ouvrage pour enfants et a créé une fondation en 1999 pour défendre les valeurs de tolérance et de respect des différences.

Le célèbre peintre et illustrateur Norman  Rockwell, grâce à ce tableau peint en 1964 ET intitulé « Notre problème à tous » a largement contribué à faire connaître cette histoire. 

Cette photo fut prise à Caen en 2019 lors de l’inauguration de l’exposition consacrée à l’oeuvre du peintre américain. 

En 1998, les studios Disney produisirent un téléfilm intitulé Le Combat de Ruby Bridges, réalisé par la martiniquaise  Euzhan Palcy. Le film est visible sur la plate-forme Disney +. 

Jean-Pierre Bruneau

Ruby Bridges humaniste de l’année 2022 en Louisiane
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :